Si ferveur il y a

Si ferveur il y a, ce doit être celle-ci : chaque matin naître au monde, s’adonner au jeu des possibles, enfin à la mort. Scripteur disponible, un destin peut se tracer dans le poème, de l’homme à sa mesure.

Sans quoi, c’est le dépôt de particules indésirables, scories ou paillettes d’or : à chasser.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires