Qu’écrire, c’est apprendre à mourir

Refaire le parcours de vie dans le poème, c’est apprendre à mourir. De même, la peur diminue à mesure qu’on laisse des poèmes. A la condition de mettre soi en jeu, dans un récit discordant.

Sérénité, fin de la poésie.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires