Ici c’est mieux qu’ailleurs

J’assiste à une lecture d’écrivains francophones au Temple. Une auteure charmante, du genre qui ne fait pas d’étincelles, est venue présenter un texte qui s’intitule : « Ailleurs c’est mieux qu’ici ».

Seulement voilà, le rédacteur du programme s’est trompé : il veut qu’on lise « Ici c’est mieux qu’ailleurs ».

Ces notes du hasard (ou l’inverse) permettent-elles de choisir dans cette alternative, j’en doute.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires