Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu

–Boileau, Art Poétique I

Du poème référencé – 02

Tapez « Morale élémentaire » dans le premier moteur de recherche venu. Qu’obtenez-vous ?

Contre les instances multiples de ce lieu commun, la forme poétique – inventée par Raymond Queneau dans son livre éponyme– dispute.

Le poème n’a plus lieu d’être mis à l’index. Il reprend sa place ou son rang dans la circulation générale, pas seulement sur les planches qui le confinent, inscrit ou proféré, aux conversations.

Non content d’inscrire ses métadonnées, c’est tout le corps que le poète rend indexable. Il prend garde au spectacle de ses effets – l’état des lieux en demeure suspendu – qui le retirent.

Ainsi, chaque mot se fait réceptacle généreux dans son tribut, sans trop de pureté, telle qu’on la trouve en tant de lieux de Mallarmé.

Le lieu commun pourrait donc être le cheval de Troie du poème, le mot rare sa niche ou son avant-garde.

Le poème sur internet, trop souvent le second terme d’une alternative simpliste, prend la démesure d’une quatrième dimension, au lieu du livre.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires