Cinquième saison

Entre 2 cauchemars, un rêve apaisant : revenant d’un suicide parfait, je revisite mes lieux de mémoire. Assagi, l’oeil tranquille, j’examine la table d’où je me suis risqué dans le vide. C’est une planche de bois – solide à rassurer – hérissée de petits témoins par un enquêteur minutieux.

Qu’est-ce au juste ? Sans doute des fanions relatant mon dernier saut ; ou bien la représentation de mes pensées ultimes : pourquoi le discerner ?

alors que, ni vivant, ni mort, ma sérénité s’ouvre à la cinquième saison.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires