Ces stèles qu’on rencontre au bord du chemin

Malgré le recueil, il faudrait que les morales élémentaires soient ces stèles qu’on rencontre au bord du chemin.

« On les heurte à l’improviste : aux bords des routes, dans les cours des temples, devant les tombeaux. Marquant un fait, une volonté, une présence, elles forcent à l’arrêt debout, face à leurs faces. […] Épigraphe et pierre taillée, voilà toute la stèle, corps et âme, être au complet. Ce qui soutient et ce qui surmonte n’est que pur ornement et parfois oripeau. »

Ségalen, Stèles

On les heurterait au hasard des liens. Pages incidentes plutôt que monument du livre. D’où l’attention au référencement de chaque poème.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires