Sans queue ni tête

Si les mots n’ont pas changé de sens au dernier mot du poème, à quoi bon l’avoir écrit ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires