Je me suis remis aux vers. Une coulée, imprévisible. J’arrive à près de 3000 (anciens). Je me demande de quoi ç’aura l’air. Gare à la lecture. Je pense y ajouter des photographies, des fragments de partition, des reproductions de tableaux, des poèmes en langue originale.

–Georges Perros

Harmonisations de films

La prochaine vague d’harmonisations – section du recueil qui doit fonder mon désir d’écrire – porte sur des films qui ont compté dans ma « formation ». Pourquoi pas ? A-t-on vraiment mesuré l’importance des images pour les générations actuelles. Qu’est-ce que c’est aimer un film, s’en souvenir ? En subir l’influence ? Questions qui le resteront, je le crains…

Je pars donc d’une liste de films que j’ai vus et revus avant mon départ et dont je garde un souvenir tenace :
– Le Père Noël a les yeux bleus
– I vitelloni
– Les 400 coups, Tirez sur le pianiste, Jules et Jim, Domicile conjugal
– A bout de souffle, Pierrot le fou
– La sentinelle
– Vertigo
– Citizen Kane
– Mauvais sang
– La grande illusion, La Règle du jeu
– La bande des quatre
– Lola Montes
– L’ami américain
– Le temps des gitans
– Les vacances de monsieur Hulot
– Les lumières de la ville

Un seul commentaire

  • Chillet a écrit :

    « Dis donc, tu l’as vu le monocle? Non, parce que tu lui diras que pour son fauteuil anglais, c’est ceinture » – « Je t’ai déjà dit de m’appeler Ferdinand » – « T’es emmerdé, hein? » – « Les femmes au volant, c’est la lâcheté personnifiée » – « First class quality » – « La télévision est un cinéma où l’on peut aller en restant chez soi » – « Moi j’en ai pas d’vieille mère? Moi, j’en ai pas d’vieille mère? »

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires