Hanoï interlude 8

A Hanoï, il y a l’anecdote de ce fou qui, échappé de l’asile, s’est réfugié dans la morgue où, après avoir dressé les cadavres contre le mur, chef d’un orchestre ressuscité, marqua la cadence de « L’union fait la force ».

 
 

8

un fou chef d’orchestre
en fuite direction
la morgue aux tiroirs
ressort les cadavres
dos au mur baguette
levée : tous en chœur…
L’union fait la force
!

 
 

Hanoï interlude 9

Hanoï interlude 7

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires