La poésie a un rapport avec la loi

Nous avons eu, pour des raisons pratiques, une longue discussion, notamment avec Olivier Cadiot, Pierre Alferi, Bernard Heidsieck… Un jour qu’ils s’éloignaient ensemble, il m’est venu cette idée lumineuse, qui résumait ce que je tentais de démontrer : la poésie a un rapport avec la loi. La poésie a besoin de la loi, de la règle et de la coercition. La poésie a besoin d’un système de contraintes qui la désigne comme discipline particulière. Bien entendu dans le rapport au langage, chacun écrit ce qu’il veut comme il peut. Mais l’effet de poésie ne se manifeste que si l’écriture est confrontée à de la loi. A subir ou à énoncer. Simplement, périodiquement, il faut changer la loi, car la loi ancienne est devenue impraticable. C’est pourquoi il est difficile aujourd’hui d’écrire des sonnets, sauf de les composer en prose comme Jacques Roubaud. Ou de garder seulement la découpe du sonnet, comme Bernard Vargaftig : Un récit. Mais il est encore possible d’en écrire, des sonnets, vous pouvez lire en particulier ceux qui introduisent Liturgie, le beau livre de Robert Marteau. »

 

Paul Louis Rossi, L’art de la fugue, Action poétique N° 133-134, 1994

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires