Archives du mois : mai 2014

Il s’avère aujourd’hui…

Il s’avère aujourd’hui impossible de poursuivre, sans imprimer dans l’écriture même le signe de son impuissance et de son défaut. Certains font subir à la langue des violences qui la brisent : elle ne chante plus, ne parle plus, ne respire plus. Je cherche une relation plus juste, une autre gymnastique répétant l’élan et la […]

Extraites de passion bémol

Extraites de passion bémol, la troisième section du recueil qui m’occupe actuellement, où je m’efforce de fixer à mon usage une variante de la morale élémentaire. Je me souviens d’un poète vietnamien me disant qu’une telle contrainte relève de la prison. D’accord avec lui, il m’arrive de faire des pompes pour faire plus vrai. Dans […]

Si je me dis que je dois écrire un livre

Si je me dis que je dois écrire un livre, je me demande alors comment ce livre doit être fait, comment il ne doit pas être fait : et ces questions me paralysent, m’empêchent d’aller de l’avant. Si je me dis en revanche que je suis en train d’écrire une bibliothèque en entier, je me […]

Pourquoi écrire des morales élémentaires ?

Écrire au 21è siècle dans une forme semi-fixe, mais pas n’importe laquelle, une nouvelle forme, inventée délibérément. Une autre chose qui m’attire dans la morale élémentaire, c’est que sa disposition résiste au flux de la page web. Car c’est aussi de la poésie spatiale. On assiste à une convergence exceptionnelle (?) entre écriture et technologie : […]

poème de l’emmerdement perpétuel

2 éléments déclencheurs. Le modèle de la morale élémentaire perpétuelle (déroulée infiniment sur une seule page) de Ian Monk. Ensuite cette phrase de Flaubert : « Vous êtes heureux, vous autres, les poètes, vous avez un déversoir dans vos vers… » Déversoir que j’ai toujours lu, non au sens d’épanchement lyrique, mais littéralement. Dans ce poème, il […]

Lectures d’avril 2014

Lectures d’avril 2014 : – Victor Hugo : La légende des siècles – Georges Perec : La vie mode d’emploi – Georges Perec : Un homme qui dort – Guillaume de Machaut : Le livre du voir dit – Georges Perec : Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? – […]