Onques couars n’ot belle amie

–Le Voir Dit

Nouveau printemps à Hanoï

Nouveau printemps à Hanoï. A 99% d’humidité, la végétation mouchette la ville de ses moisissures. La révision du recueil serait moins sporadique si je pouvais. Travail oblige.

Je t’envoie déjà la première vague des harmonisations. Elles devaient sonder mon désir d’écrire. Pas la vocation dont nous rabâchent certains fanatiques. Qui appellerait ? Pour quel objectif ?

Je serai un mauvais poète, je ne vois que ce que je vois.

J’ai révisé très peu de choses, car rien n’a vraiment changé depuis. Je continue à déjouer les soupçons de la douane.

Pour les ayant-droits de Pierre Reverdy, je ne sais pas trop. Je m’autorise pourtant de deux traditions. Une harmonisation, chez les anciens Chinois, est un texte composé à partir du contenu ou de la structure d’un autre poème.

En occident, on revendique le droit au remix et au cut up. Opérations élémentaires de découpage et recollage.

L’enfance de l’art.

Je crois y voir une méthode pour mettre à nu l’imitation. Que faire d’un texte aimé, à part le recopier ? Pourquoi s’en tenir aux marges ?

Alors fourmi ? cigale ? — beaucoup des deux mon capitaine.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires