Chez Reznikoff, le processus de composition

Une piste de lecture pour Reznikoff qui intéresse la composition de Hanoï interlude et plus totalement de cet hyperlivre. Dans le numéro 16 de la revue IF :

Chez Reznikoff, le processus de composition concerne autant l’élaboration des séquences que la création d’éléments particuliers de la séquence : autrement dit, l’autrement irreprésentable (et ignoré) espace entre les poèmes est devenu l’endroit où s’accomplit le travail de la poétique de déploiements et de replis, de division et de recoagulation. Chez Reznikoff, le sens du poème est toujours double : à la fois dans le détail et dans la séquence. En fait, le détail travaille en contrepoint de sa localisation dans une série pour créer le sens du poème.
Lire Reznikoff signifie formellement s’attacher à la relation de la partie au tout (et du tout à la partie) dans son travail, en suivant des lignes qui suggèrent également la relation entre le plan et la séquence (dans le film ou la photographie) la surface et la profondeur (en peinture, mais aussi en rhétorique), le fragment et la totalité (en philosophie, mais aussi dans l’étude de la Kabbale.)

Charles Bernstein, extraits de My way : speeches and poems, traduction de Patrick Hutchinson et Xavier Rose

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires