Une épigraphe possible

Une épigraphe possible pour Hanoï interlude, un extrait de ce long poème en prose qu’est Un balcon en forêt :

« Toute une saison », pensait-il. Il se demandait s’il l’avait aimée. C’était moins et mieux : il n’y avait eu de place que pour elle.

Julien Gracq.

Un seul commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires