Vous qui êtes un étranger, qui voulez savoir les choses, et les savoir telles qu’elles sont.

–Montesquieu, Les lettres persanes

Nous les autres

Pas écrit une ligne depuis Hanoï interlude. Mais lectures nombreuses, rempli beaucoup beaucoup de petites fiches en vue d’un chantier qui me permettra d’approfondir mes langue et culture vietnamiennes. Le but ultime en serait cet idéal de détachement que cite Todorov dans La conquête de l’Amérique : « L’homme qui trouve sa patrie douce n’est qu’un tendre débutant ; celui pour qui chaque sol est comme le sien propre est déjà fort ; mais celui-là seul est parfait pour qui le monde entier est comme un pays étranger. » — j’enlèverai pour ma part le « parfait », c’est plus sûr.

Les étapes (d’un idéal !) en sont à peu près balisées, création et traduction en alternance… voire mélangées :

– une anthologie de littérature vietnamienne sous la colonisation française. Le tome I (sur 3 sans doute) portera sur l’époque de la « conquête », jusqu’en 1895. M’intéresse ici le point de vue de l’autre (encore peu connu, y compris des historiens eux-mêmes).
– en parallèle (à tout point de vue : période, matière, temps de composition), retour à mon obsession du récit, un roman en vers faisant dialoguer protagonistes français et vietnamiens. Je cherche une sorte de vers « dialogique », avec un travail sur la page qui s’inspirerait du Coup de dés en passant par le Mobile de Butor.

Et plus tard, pas forcément dans cet ordre :
– la traduction commentée d’un classique vietnamien, que je publierai en feuilleton dans le blog ;
– le tome II de l’Anthologie ;
Le roman d’un passeur : monographie consacrée à un auteur vietnamien à cheval sur les deux cultures, très probablement Nguyễn Văn Vĩnh ;
– le tome III de l’Anthologie ;
– pour faite suite au précédent, un ensemble de traductions de figures du métissage littéraire, notamment Vũ Trọng Phụng.
L’homme qui : récit personnel en réponse à Pierre Loti ;
Ky Dông, l’enfant merveilleux : récit d’un personnage fascinant qui prend la tête d’une insurrection à 11 ans et qui finit sa vie en exil, lié d’amitié à Paul Gauguin ;

Bref… Excitation ! Aventure ! Éducation !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires