Archives de la catégorie : Dans les coulisses

Notes orphelines, qu’aucun projet n’adopte.

Avec le web, l’écriture

Avec le web, l’écriture s’installe dans le définitivement provisoire. D’où l’attirance – attention danger ! – pour les projets, l’ivresse des commencements. Voir ici-même l’exemple des médits, de Hanoï interlude. Je note et prends acte pour la suite. Projets à peine ouverts qu’ils tournent en tâche de fond. Je ne peux avancer que par rémission. […]

De la propriété d’une idée

Dans une civilisation traditionnelle, il est presque inconcevable qu’un homme prétende revendiquer la propriété d’une idée et, en tout cas, s’il le fait, il s’enlève par là-même tout crédit et toute autorité, car il la réduit ainsi à n’être qu’une sorte de fantaisie sans aucune portée réelle : si une idée est vraie, elle appartient […]

Il s’avère aujourd’hui…

Il s’avère aujourd’hui impossible de poursuivre, sans imprimer dans l’écriture même le signe de son impuissance et de son défaut. Certains font subir à la langue des violences qui la brisent : elle ne chante plus, ne parle plus, ne respire plus. Je cherche une relation plus juste, une autre gymnastique répétant l’élan et la […]

Si je me dis que je dois écrire un livre

Si je me dis que je dois écrire un livre, je me demande alors comment ce livre doit être fait, comment il ne doit pas être fait : et ces questions me paralysent, m’empêchent d’aller de l’avant. Si je me dis en revanche que je suis en train d’écrire une bibliothèque en entier, je me […]

poème de l’emmerdement perpétuel

2 éléments déclencheurs. Le modèle de la morale élémentaire perpétuelle (déroulée infiniment sur une seule page) de Ian Monk. Ensuite cette phrase de Flaubert : « Vous êtes heureux, vous autres, les poètes, vous avez un déversoir dans vos vers… » Déversoir que j’ai toujours lu, non au sens d’épanchement lyrique, mais littéralement. Dans ce poème, il […]

A la Saint Bartleby

A quoi bon aller encore manifester. C’est tendre la joue aux forces de l’ordre. Trop évangélique. Non, tu ajouterais au hasard du calendrier une fête sauvage et plus logiquement décisive qu’un premier mai sans travail. A la Saint Bartleby donc, tu resterais chez toi, mais frugal. Tu afficherais sur la façade un elliptique j’aimerais autant […]

Un homme qui dort

Tu n’as guère vécu, et pourtant, tout est déjà dit, déjà fini. Tu n’as que 25 ans, mais ta route est toute tracée. Les rôles sont prêts, les étiquettes : du pot de ta première enfance au fauteuil roulant de tes vieux jours, tous les sièges sont là et attendent leur tour. Tes aventures sont […]

Au début

Au début, il croyait devoir s’excuser, par lettre ou par téléphone. A la longue, il finit par ne plus fournir d’explication à personne. Il avait deviné que l’exil est une affaire personnelle, qui a ses propres motivations, ses mécanismes, ses exigences, et qu’on ne peut le partager avec qui que ce soit. Plus tard, il […]

Ceci est un ouvroir d’édition potentielle

S’autopublier comme je le fais, sur mon nom de domaine, c’est en quelque sorte de l’édition potentielle. Grâce à cette supériorité technique, le site que vous tenez à portée de clic représente à lui tout seul une quantité d’exemplaires nettement plus grande que tout ce que les hommes ont lu depuis l’invention de la lecture, […]

Rituel du vendredi

Rituel du vendredi. Tu écriras dans la douleur ? Où j’ai rempli mes obligations. Quand elle prend ses quartiers dans mon ventre. Peine perdue ?  Déménage sur mes paupières. Encercle mes reins. Il est encore temps d’en finir ? Serre ma cage thoracique jusqu’à l’étouffement. Lundi où elle s’en va. S’absente de la semaine. Mon corps […]