Polysémie

Gelée Blanche d’Olivier Larronde, premier poème des Barricades mystérieuses :

« Neige de deux hivers ne se reconnaîtraient
Ni vous ne figerez les plis de mon eau froide,
Gel du poème, ou son fouillis ne ferez roide.
– Plus que de l’épervier les demeures m’effraient,

Quand l’aurore me donne à sa serre féline,
Plus l’indiscret oiseau dont je suis la volière :
Mésange – coeur de fraise – aux tortures encline
Qui me met en morceaux comme on casse les oeufs. »

Voir de même : Olivier Larronde, Les Barricades mystérieuses

Maj du 12/02/11

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires