Rémittent

D’un certain événement qui fait glisser l’épithète de la maladie vers le malade.

L’ultime fois que j’ai vu Père Jean, alors atteint d’un cancer généralisé, il se portait comme un charme. Il devait mourir quelques jours plus tard, un 11 novembre, sur son grabat d’hôpital.

J’ai l’image d’un ogre qui dévore un quartier de lune, sa famille en fer à cheval contaminée par son éclat de rire.

Je suis parti définitivement rassuré sur le sort de mon gaillard.

Le rémittent c’est moi maintenant, averti des mirages de la santé. Entre la maladie et la mort – seul état concevable – rien ne me sera plus jamais acquis, sinon cette image que je convoque à volonté.

Éternel Jean sur le point de mourir.

Voir de même : Hara-kiri, Père Jean

Maj du 14/04/13

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires