Timidité

Laissons à d’autres son détournement à des fins de coquetterie irresponsable et traitons de la véritable timidité, l’incapacitante, qui maintient son quadragénaire en état de puérilité chronique.

Diverses pièces de savoir – force de l’imagination, oeil omniscient de réprobation… – les tentatives d’assembler n’y changent rien. Je demeure, bien qu’un peu plus savant, dominé.

Minorité visible au microscope, j’esquive les lames et déserte les raouts.

Vous n’imaginez pas le courage que je déploie.

La dernière réunion eût lieu à cinq heures. J’avais passé les 3 jours suivant l’annonce, sursitaire, en exercices d’apnée et méditations décousues. L’Assemblée, restée sourde à mon mutisme, n’a pas remarqué que je cessais de rougir vers la 15ème minute.

[… il n’y a pas de petite victoire…]

Il faut admirer cette lutte quotidienne pour entreprendre ce que les autres exécutent sans préméditer. Il faut ne pas voir le dilemme qui frappe de nullité les méthodes d’affirmation de soi.

Ou je prends la pose au milieu des humains, remis de ce mal incurable :

Ou je laisse m’envahir :

« J’aimerais la société comme un autre, si je n’étais sûr de m’y montrer non seulement à mon désavantage, mais tout autre que je ne suis. Le parti que j’ai pris d’écrire et de me cacher est précisément celui qui me convenait. »

Mais la timidité de Rousseau même souffrait d’assez nombreuses exceptions.

Voir de même : Tirez sur le pianiste, Barricades mystérieuses (les), Timidité, poème de Pierre Reverdy, Timidité

Maj du 29/10/13

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public. Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires