Je ne sais pas si

Je ne sais pas si tu as conservé, Pérégrine, cette page arrachée aux Barricades mystérieuses, (de l’édition Gallimard de 1948, exemplaire numéroté 742).

La mutilation du livre, ça laisse rêveur.

Tu m’as reproché cet envoi. Cette tentative de sacrifice.

Je l’ai recopié intégralement depuis, un autre exemplaire aura pris sa place chez Élisabeth Brunet.

Reste intact aujourd’hui ce pourquoi j’ai désiré t’en faire cadeau. La cohésion du poème, où des mots sont resservis au rythme du ressac, qui se clôt sur lui-même.

Mes pauvres pages que je t’envoie, des barricades limpides à côté.

 

Les roses de la mer font de tels barbelés
Qu’un arbre, s’il les lèche, a langues en dentelle.
Les vagues, chars de roses bleues, on y attelle
Vos baigneuses, tritons qui les vagues moulez.

Aussi feuilles d’écume et bonnets à grelot
Coiffez-leur — qu’un plongeon les servant à l’envers,
Ces provinciales nues attirées par la mer,
Sur des langues d’arbre présentées, mange l’eau.

Des langues de pêcheurs en mouettes fécondes
(En crevettes aussi tes chignons d’algue amers,
Baigneuse casquée d’eau qui les vagues émonde)
S’envolent quelquefois les roses de la mer.


Le parti-pris du cheminement

Le parti pris du cheminement — car chemin ne ment — fait reposer le problème sur le point de départ. On peut supposer, tel un subtil Jacques Roubaud, que l’origine d’une forme est à chercher dans la forme de l’origine. Relire le premier cycle de morales élémentaires est une épreuve. Je le vois défiler derrière cet écran […]


Lectures de février 2015

Lectures de février 2015 : – Georges Perros : Une vie ordinaire – Raymond Queneau : Si tu t’imagines – Eddie Breuil : Du Nouveau chez Rimbaud – Tiphaine Samoyault : Roland Barthes – Roland Barthes : La préparation du roman I


Perdre la face à propos

Perdre la face, à propos des Asiatiques (première généralité), revient dans les conversations avec l’insistance d’un cliché. Normal : cette hantise de la honte c’est d’abord la nôtre. Le ridicule ne tue pas en France, mais sa peur oui, certainement. Dans La préparation du roman, Barthes parle de la superstition des auteurs qui leur interdit habituellement […]


Mon apprentissage doit beaucoup

Mon apprentissage doit beaucoup aux revues de poésie (mais d’abord il m’a fallu gagner la bataille de l’argent car leur abonnement coûte au lecteur comme à l’éditeur, à moins de passer au numérique, l’exemple à suivre) : Action poétique en premier lieu, plus tard Le mâche-laurier, Le Cahier Critique de Poésie, Java. Celles dont on […]


Ici recommence

Me voici, Pérégrine, revenu au point de départ. Gros Jean comme devant. À ce moment de reprendre le premier cycle du recueil selon la méthode déjà exposée, je me demande bien ce qu’il reste à sauver. A peu près rien. Voilà deux mois que je tourne en rond, depuis cette dernière vague qui a dû te […]


Lectures de janvier 2015

Lectures de janvier 2015 : – Olivier Wieviorka : Histoire de la résistance 1940-1945 – François Cusset : La décennie, le grand cauchemar des années 1980 – Guillaume de Machaut : Le livre du voir dit – Paul Imbs : Le Voir-Dit de Guillaume de Machaut, étude littéraire. – Matthieu Ricard : L’art de méditer […]


Ni plus ni moins

je relis je relie je relis


Lipolepse ou morale élémentaire ?

Avant de mettre en ligne les premiers texte de Passion bémole, je me suis longtemps posé cette question : qu’est-ce que je publie alors, des lipolepses ou des morales élémentaires ?   Le premier terme avait de quoi me séduire : – le mot a de la gueule. – Queneau nomme ainsi cette forme dans […]


Li Po… Lipolepse

Dans sa notice à Morale élémentaire (édition de la Pléiade), Claude Debon : « une double forme a présidé à sa création : celle des lipolepses, sur laquelle Queneau s’est lui-même expliqué et qu’on a pu rapprocher du liu-shi, poème à forme fixe chinois apparu entre le VIIè et le IXè siècle et illustré par le […]