Lectures d’avril 2015

Lectures d’avril 2015 :

– Dante : Vita nova
– Raymond Queneau : Courir les rues, Battre la campagne
– Jean-Luc Godard, Youssef Ishaghpour : Archéologie du cinéma et mémoire du siècle
– Jean-Michel Maulpoix : Du lyrisme
– Jacques Roubaud : Poésie, etc. : ménage
– Yves di Manno : « Endquote »
– Henri Meschonnic : Célébration de la poésie
– Paul-Louis Rossi : Les gémissements du siècle
– Christian Prigent : Salut les anciens, Salut les modernes


On parle beaucoup processus

On parle beaucoup processus, work in progress mais on continue à mesurer le résultat : le Livre comme évènement. On comprend qu’il faut peindre le passage, mais on continue à défiler devant les toiles de maîtres.


Lectures de mars 2015

Lectures de mars 2015 : – Cesare Pavese : Le métier de vivre – Raymond Queneau : Les Bucoliques, Le chien à la mandoline – Barthes : La préparation du roman II – Jean-René Huguenin : La côte sauvage


C’est avec un roman en vers

C’est avec un Roman en vers que Raymond Queneau fait son entrée en poésie : Chêne et chien. Malgré ce tour en parenté de force, Georges Perros s’étonne, à la sortie de Vie ordinaire, de cet heureux mélange des genres.  Il veut qu’un livre ait un sexe. Pour qu’il en désire un autre. Il y […]


Décidément, Pérégrine

Décidément, Pérégrine, cette prétendue révision n’est qu’une relecture. Je ne change quasiment rien à la vague des romans. Tu as reconnu peut-être lesquels — choix curieux en contraste avec ta joie — je t’avais prêtés ? J’écarte définitivement les 33 jours. J’ai compris que cet épisode historique fonctionne comme une fascination, depuis des années le mouvement de […]


On peut jouer

On peut jouer sa vie à pile ou face. Mais il y a des paris à honorer plus lentement. Laissons défis et challenges aux Pascals d’opérette, veux-tu ?


Pardonne si je m’explique

pardonne si je m’explique, Pérégrine, toujours de travers, mais j’ai oublié les causes et les effets alors je relis relie relis relie relis je travaille à l’organisation de ce que j’ignore car on vit d’un seul exemplaire


Nouveau printemps à Hanoï

Nouveau printemps à Hanoï. A 99% d’humidité, la végétation mouchette la ville de ses moisissures. La révision du recueil serait moins sporadique si je pouvais. Travail oblige. Je t’envoie déjà la première vague des harmonisations. Elles devaient sonder mon désir d’écrire. Pas la vocation dont nous rabâchent certains fanatiques. Qui appellerait ? Pour quel objectif […]


Retour en prose

Versailles m’était conté !  chapeau bas selon l’usage en vigueur, je récitais une fois ce miracle, lourd de toute mon ignorance. Mais la ville ne s’en laisse pas conter, la ville indemne me renvoie aux tableaux changeants de ma mémoire.   Je n’ai pas en vue le désert lointain de ton enfance, mais je sais […]


Je ne sais pas si

Je ne sais pas si tu as conservé, Pérégrine, cette page arrachée aux Barricades mystérieuses, (de l’édition Gallimard de 1948, exemplaire numéroté 742). La mutilation du livre, ça laisse rêveur. Tu m’as reproché cet envoi. Cette tentative de sacrifice. Je l’ai recopié intégralement depuis, un autre exemplaire aura pris sa place chez Élisabeth Brunet. Reste […]